Un intérieur à notre image

dans Actualités Tendances

Dans son "chez-soi", chacun s'entoure d'objets dans un matérialisme du quotidien qui va bien au-delà du fonctionnel. Ces objets accumulés au fil de chaque histoire composent un intérieur à notre image. Ils matérialisent nos goûts, nos affinités, nos habitudes… Ces objets d'une vie, incarnent souvenirs et anecdotes, en mettant en relief la ligne du temps. Ils comblent le vide laissé par un vécu immatériel, nous rassurent parfois sur notre identité. N'est-ce pas aussi pour cela qu'est l'intérêt de "posséder" des choses ? 

Les collectionneurs et possesseurs d'objets... que nous sommes

classification d'objets du quotidien collectés par couleurDurant des siècles, ceux qui le pouvaient, s'offraient un portrait, en peinture, représentatif de leur personne. Ainsi le riche marchand, vêtu de ses plus beaux atours, sa propriété en toile de fond, et les objets faisant sa fierté et sa notoriété en évidence, immortalisait par un tableau sa situation dans la société. Il passait commande d'une représentation particulière de sa personne dans laquelle le matériel avait déjà son importance.

Serait-ce vanité? C'est ce que semble questionner l'artiste James Hopkins avec ses compositions d'objets domestiques représentant le symbole de la vanité; les têtes de mort.

Vanité domestique

objets domestiques du quotidien représentant la vanité

Aujourd'hui, les réseaux sociaux nous invitent à exposer nos humeurs, nos affections, nos opinions. Par leur biais, nous nous composons une image virtuelle faîte d'objets de pensée et d'objets physiques. Cette image publique que nous contrôlons et modulons se fait la représentation que nous souhaitons donner de nous-même. Cette représentation "markettée" que nous affichons sur notre mur facebook peut sembler extravertie et voyeuriste, mais qu'en est-il des murs de notre maison, ceux du domaine privé?

Objets faisant scènes de vies

papier-peint représentant des scènes de vie

 

Il paraît difficile de savoir si nos goûts en décoration ne sont pas influencés par notre situation socio-culturelle, et si nos choix esthétiques ne font pas partie d'une ambition communautaire. Notre intérieur nous est-il si personnel, et notre style de vie si propre? Quelle place est réellement laissée à l'affect, à l'attachement pour les objets? Tels sont les questionnements qu'impose le "sur-mesure" en décoration. Ils donnent toute l'importance aux rapports qu'entretiennent les personnes avec leur image, et en cela, avec les objets.

Marion Gaillien

share Partager